BARCELOS

En traversant l'ancien pont sur le Fleuve Cávado, on trouve l'une des localités les plus emblématiques de l'art populaire du Minho, Barcelos.

C'est une ville ancienne, située dans un lieu possédant des vestiges archéologiques depuis la Préhistoire, mais ce fut au XIIè siècle que son histoire commença, en premier lieu quand D. Afonso Henriques lui concéda la constitution d'une commune et l'éleva au rang de ville puis quand D. Dinis, en 1298, voulu récompenser son intendant João Afonso en le faisant comte, lui fit don de la ville en titres.

En 1385, le Connétable (commandant en chef des armées du roi) Nuno Álvares Pereira devint le septième Comte de Barcelos. Il cèdera Barcelos comme dot au mariage de sa fille D. Beatriz avec D. Afonso, bâtard du roi D. João I. Commence alors une époque de grand développement et dynamique pour Barcelos, révélée par la construction du pont, de la muraille, dont il reste la Tour da Porta Nova, du Palais des Ducs et de l'Église Matrice.

Ce sont ces monuments qui constituent aujourd'hui le centre historique de la ville qui conserve un agréable environnement médiéval ponctué par des manoirs et des maisons historiques tels que le Manoir de Pinheiros ou la Maison du Connétable.

Une promenade à Barcelos ne doit pas faire oublier l'ancienne Place du Marché, aujourd'hui Campo da República, où se trouvent les Églises, datant du dix huitième siècle, de Bom Jésus da Cruz et de Nossa Senhora do Terço et où a lieu le plus grand marché d'artisanat du pays, tous les jeudis. Si vous manquez le marché hebdomadaire, visitez le Musée de la Poterie et le Centre d'Artisanat de Barcelos, qui offre une bonne perspective sur l'expression artistique du Minho. De toutes les pièces ici produites, le Coq coloré de Barcelos est le plus représentatif, sans oublier les groupes de musique et les images retraçant les us et les coutumes de la région.

BROCHURES

BRAGA

La construction de "Bracara Augusta", siège juridique romain, débuta en 27 avant JC. Sous l'Empire d'Auguste. Il intégra alors les voies de l'Empire qui traversaient la Péninsule Ibérique, communiquant avec Rome, ce qui prouve l'importance de la ville sur ce territoire. En 216, l'Empereur Caracala l'éleva au rang de capitale de la Galice et, le même siècle, le Diocèse de Braga fut créé, sous la juridiction de l'Évêque Paterno.

À la domination romaine succéda l'occupation de la ville par les Suèves, qui l'élirent capitale politique et intellectuelle, par les Visigoths et par les Musulmans, jusqu'à ce que, à la moitié du XIè siècle, elle fût reconquise par les chrétiens et l'archevêché restauré par l'Évêque D. Pedro. Durant la période musulmane, les Évêques résidèrent à Lugo (Espagne). En 1112, avec l'archevêque D. Maurício Burbino, l'histoire ecclésiastique de Braga a pris de la valeur. Après la querelle avec le Siège épiscopal de Compostelle, le Pape Inocêncio III autorisa en 1199 la juridiction de Braga sur Porto, Coimbra et Viseu, ainsi que sur cinq diocèses d'Espagne.

La cathédrale de Braga, la plus ancienne du pays, fut la plus grande référence religieuse du Portugal le long des siècles et le dicton populaire "plus vieux que la cathédrale de Braga", pour faire référence à quelque chose de longue date, édifie sa valeur. Toujours marqués par l'action ecclésiastique, qui se refléta dans l'enrichissement de la ville, il est possible de dire que le XVIè siècle et le XVIIIè siècle furent l'âge d'or de son histoire et de son développement. D'abord du fait de l'archevêque D. Diogo de Sousa, celui qui réédifia Braga, qui à partir de 1505 assuma le gouvernement temporel et spirituel transformant "le village en ville" (selon ses propres termes) et ensuite avec l'initiative des archevêchés D. Rodrigo de Moura Teles et D. José de Bragança qui imposèrent l'exubérant style baroque.

L'industrialisation et l'implantation de l'Université contribuèrent pour beaucoup au développement actuel de la ville qui demeura fidèle à la tradition religieuse séculaire, vécue de nouveau intensément tous les ans lors des Fêtes Solennelle de la Semaine Sainte et lors de la Fête de São João Baptista, en Juin. Ce sont là de bonnes occasions de connaître Braga, en se promenant dans le Centre Historique ou en se rappelant les Chemins de Saint Jacques qui passaient par là.

Aux alentours, nous vous suggérons aussi le Parcours des Sanctuaires Marianos et une visite au singulier Musée des Cordofones.

BROCHURES

GUIMARÃES

Guimarães est considérée comme le berceau du Portugal, car elle a vu naître Alphonse Henriques qui deviendra le premier roi de ce pays.

Associé à la formation et à l'identité du Portugal, le centre historique de Guimarães situé dans l'enceinte des murailles a été classé patrimoine mondial par l'Unesco, sur la base des valeurs d'originalité et d'authenticité qui ont guidé sa rénovation. La ville possède encore aujourd'hui tout un patrimoine harmonieux et préservé, qui s'exprime par le biais de jolis balcons en fer forgé, des vérandas et des auvents en granit, des demeures patriciennes, des arcs qui relient des ruelles, des pavages lissés par le temps, ainsi que des tours et des cloîtres. Pour quelques instants, vous pouvez vous croire dans un décor médiéval, où la noblesse construisit peu à peu ses villas comme la maison Mota Prego, le Palais de Vila Flor, de Toural et bien d'autres, qui confèrent à Guimarães une atmosphère unique.

Vous pouvez commencer par le coeur de la ville basse, la place Largo da Oliveira, où se dresse le mémorial Padrão do Salado et l'église et Collégiale Nossa Senhora da Oliveira, qui abrite le précieux musée Alberto Sampaio. Après les palais municipaux, couronnés de créneaux, vous arrivez sur la Praça de Santiago qui accueillait, au Moyen Âge, les pèlerins de la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, tout comme elle le fait aujourd'hui avec ses habitants et les touristes dans ses restaurants et sur ses terrasses de café. Dans la rue de Santa Maria, qui fait la liaison avec la partie haute de la ville, se trouvent le couvent de Santa Clara, la Casa do Arco et d’autres maisons nobles.

Prenez donc cette rue, ou l'avenue Alberto Sampaio, bordée de vestiges de l'ancienne muraille qui continue dans la partie haute de la ville, entre le palais des Ducs de Bragance (Paço dos Duques de Bragança) et le château. Avant d'arriver dans les hauteurs du château, vous passerez d'abord par ce palais, monument du XVe siècle où est visible l'influence de l'architecture seigneuriale française, puis par le monument d'Alphonse Henriques, la chapelle romane de São Miguel et, finalement, par le propre Château qui remonte au Xe siècle et qui est intimement lié à la fondation du Portugal.

Mais il vous faut encore découvrir un autre point central de Guimarães ; par conséquent, descendez jusqu'à la place Largo do Toural, avec sa fontaine du XVIe siècle. La rue D. João I qui, au Moyen Âge, était la voie d'accès à Porto, est bordée de maisons anciennes dotées de balustrades en bois et aux façades datant du XVIIe siècle. En contournant l'église du couvent de São Domingos, vous voilà dans rue de Paio Galvão, où se trouve le musée archéologique Martins Sarmento, bâtiment de style néo-roman, installé dans le cloître du couvent. Un peu plus loin se trouve le bâtiment de l'ancien marché municipal, qui abrite aujourd'hui la plateforme des Arts et le centre international des Arts José de Guimarães, avec une rétrospective de l'oeuvre de cet artiste renommé, né dans cette ville.

En vous éloignant un peu plus du centre, cela vaut la peine de visiter le palais et centre culturel Vila Flor et ses jardins suspendus, ornés de fresques et de décorations rocaille. À noter aussi l'église baroque de Nossa Senhora da Conceição e dos Santos Passos, au bout de la place Largo da República do Brasil.

Pour avoir une autre perspective de la ville, vous pouvez prendre le téléphérique jusqu'au Mont de la Penha pour y admirer l'un des plus beaux panoramas du nord du Portugal, où se trouve le sanctuaire de Nossa Senhora da Penha qui accueille beaucoup de visiteurs.

BROCHURES

PARQUE NACIONAL DA PENEDA-GERÊS

A l’extrême nord-ouest du Portugal, entre le nord de la région Minho et Trás-os-Montes, la Serra da Peneda ainsi que celle du Gerês constituent l’unique aire protégée portugaise classée Parc National. C’est un monde à part où l’activité humaine s’intègre de façon harmonieuse dans la Nature, tout en préservant des valeurs et des traditions très anciennes bien visibles dans les villages communautaires de Pitões das Júnias et Tourém.

Parmi toutes les tonalités de vert, la végétation exubérante que revêtent les montagnes comprend une forêt de houx, unique dans le pays, et des espèces endémiques comme le lis du Gerês, qui égaie les champs avec ses tons de bleu-violet. Les terrains, très montagneux, sont traversés par des fleuves et des rivières qui s’écoulent rapidement et se précipitent en cascades, en traversant les sereines lagunes de barrages comme Caniçada, Vilarinho das Furnas ou Portela do Homem. Les paysages y sont éblouissants.

Soyez attentif, car vous pourrez peut-être apercevoir un daim (symbole du Parc) ou son prédateur, le loup ibérique. Plus communément, vous pourrez croiser les “garranos”, petits chevaux sauvages qui gambadent librement sur les monts. Vous rencontrerez aussi probablement des bovins de race “barrosã” et les chiens de Castro Laboreiro, au poil sombre, gardant les troupeaux qui, au rythme des saisons, se déplacent entre les hivers doux et les hivers rigoureux.

Mais si vous avez l’intention de dépensez vos énergies, les opportunités ne manqueront pas, car vous y trouverez les conditions requises à la pratique d’activités telles que le canyoning ou le canoë. Si vous désirez uniquement vous promener, suivez le tracé sinueux et bien conservé de la route romaine et admirez les bornes milliaires avec près de deux mille ans ou choisissez d’autres parcours où vous pourrez admirer des menhirs et des dolmens, des châteaux médiévaux ou des monastères et des sanctuaires, parfaitement intégrés dans le paysage.

BROCHURES

PONTE DE LIMA

Le pont romain qui traverse le Fleuve Lima à cet endroit a donné lieu au nom de cette ancienne ville. Le premier foral lui a été concédé en 1125 par D. Teresa, mère du premier roi du Portugal, avant même la fondation du règne.

Dans le centre de cette région agricole riche, où est produit le fameux 'vinho verde', se trouve un grand nombre de manoirs et de maisons ressemblant à des palais, dont bon nombre servent aujourd'hui de logements pour le Tourisme d'Habitation.

Cette ville traditionnelle enregistre tous les quinze jours une grande animation sur la grève des berges du fleuve lorsque a lieu le marché dont l'origine remonte au Moyen Âge, ainsi que "A Vaca das Cordas" autre évènement traditionnel qui a lieu en juin. En septembre la ville enregistre à nouveau une grande animation lors des Feiras Novas, les fêtes de la commune.

BROCHURES

VIANA DO CASTELO

Située près de l'embouchure du Fleuve Lima, à 65 Kms au nord de Porto et à 50 Kms de la frontière de Valença, Viana do Castelo fut fondée au XIIIè siècle par Afonso III, roi du Portugal, qui lui donna le nom de Viana da Foz do Lima.

La mer a toujours été sa raison d'être : elle vint à avoir 70 navires marchands et, à l'époque des Grandes Découvertes (XVè et XVIè siècles), depuis les chantiers de Viana partaient des navires et des caravelles sur les routes des Indes et des Amériques, et revenaient chargés de sucre, de bois noir, d'ivoire et autres trésors exotiques. João Álvares Fagundes, originaire de Viana fut le pionnier de la navigation à Terre Neuve, sur l'Atlantique nord. Sans le savoir, il allait tracer la voie, au culte de la morue et aux nombreuses façons de la manger au Portugal.

Au milieu du XXè siècle une flotte de morutiers allait être construite aux chantiers de Viana do Castelo pour la pêche à la morue dans les eaux froides des mers du nord. Le tombeau de João Álvares Fagundes se trouve dans la Chapelle de Santo Cristo, à l'intérieur de l'Église Matrice de Viana do Castelo.

Jusqu'au XVIè siècle, le bourg fut exclusivement au peuple, la noblesse ne pouvant pas s'installer ici. En lui ouvrant enfin ses portes, Viana s'enrichit avec les glorieux Palais, les églises et les couvents, les fontaines publiques et autres fontaines qui constituent un héritage patrimonial notable, digne d'une visite. En 1848 la reine D. Maria II éleva Viana au rang de ville et lui donna le nouveau nom de Viana do Castelo. Jolie ville, extravertie et joyeuse, Viana do Castelo a su conserver la richesse de ses traditions de racine populaire.

Les Fêtes de Senhora d´Agonia, l'un des plus beaux pèlerinages du Portugal, sont une explosion de joie à ne pas manquer.

BROCHURES

PORTO

Capitale et porte d'entrée de la région nord, Porto est une ville ancienne qui donna son nom au Portugal et au vin connu aux quatre coins du monde : le Vin de Porto.

Avec une situation magnifique près de l'embouchure du Douro et un ensemble architectonique d'une valeur exceptionnelle, le centre historique de Porto est Patrimoine de l'Humanité depuis 1996. C'est la capitale du Nord et la deuxième ville du pays ; sa population entreprenante et avec une vocation mercantile marquée, a toujours affirmer sa volonté contre les ordres et les envahisseurs, la ville de Porto étant de ce fait également connue comme la ville"invincible".

Au-delà de la valeur de son patrimoine, il est intéressant de découvrir Porto pour sa forte personnalité citadine et son très singulier caractère humain.

Pour mieux connaître la ville il est préférable de la parcourir lentement en admirant les maisons typiques et les monuments en granit, d'effectuer un parcours en tramway électrique le long du Fleuve, ou une promenade en bateau sous les six ponts, en profitant d'une perspective différente. Nous vous suggérons deux itinéraires, des choix différents pour deux jours de promenade qui tentent de mettre en évidence les impressionnants contrastes qu'offre la ville. La "Baixa" de Porto, avec son rythme de vie citadine, le mouvement, le commerce intense, son expression particulière qui allie l'atmosphère de la ville nordique et mercantile au baroque spirituel et intense. En contraste, dans le Parc de Serralves, vous trouverez la modernité de l'édifice qui renferme le Musée d'Art Contemporain, et l'atmosphère romantique et bucolique d'un parc touffu.

Autour de l’avenue des Aliados se développe la "Baixa" (ville basse) de Porto, le point de rencontre de la ville. Au sommet se trouve le bâtiment de la Mairie, et, à l’autre bout de l’avenue, la place Liberdade avec à son centre la statue équestre de Pedro IV (XIXe siècle), qui fut aussi Empereur du Brésil et partisan du Libéralisme que la ville de Porto soutint. En signe de reconnaissance, le roi lui donna son cœur, gardé dans l'Église de Lapa.

À côté de cette place, visitez la Gare de São Bento avec ses beaux azulejos dans le vestibule, puis la rue Flores, avec ses boutiques d’orfèvres et l’exubérante façade baroque de l’Église de la Miséricorde, une œuvre de l’architecte baroque Nicolau Nasoni.

Autour de cet axe, vous déambulerez dans les rues animées de boutiques et de cafés, comme notamment le magnifique Majestic, et l’agité et coloré Marché Bolhão. Aux rues 31 de Janeiro, la Galerie de Paris et Cândido dos Reis retiendront votre attention par leurs façades aux décorations Art Nouveau.

En remontant la rue São Filipe Néry, vous tomberez sur l’Église et la Tour des Clérigos, ex-libris de la ville et l’œuvre la plus originale de Nicolau Nasoni. Du haut des 75 m de la tour vous pourrez profiter d’une superbe vue panoramique sur Porto. En chemin, entrez dans la Librairie Lello pour admirer la somptueuse décoration en bois.

BROCHURES

Chargement…
Oups !
Vous utilisez un navigateur Web que nous ne supportons pas entièrement. Veuillez l'actualiser pour une meilleure expérience.
Notre site fonctionne mieux avec Google Chrome.
Comment mettre à niveau le navigateur